Jean - Jacques Waltz alias HANSI
Un village d'Alsace le 10 Août 1914 ...
.

...C'est que, ce matin, de la colline que vous voyez derrière le clocher, sont descendus de partout des soldats en pantalons rouges. Ah! Ils n'ont pas été longs à se retirer, les terribles héros des arrestations et des pillages de la veille. Ils ont tous filé, et Chambatiss, le garde champêtre - qui a déjà réussi à se procurer un képi français - pourchasse les derniers. le père Pechler (qui bientôt demandera à s'appeler Pèchelaire) a mis sa médaille de l'autre guerre et peint son enseigne aux couleurs françaises - Monsieur le général commandant la division est reçu en grande cérémonie par ceux des membres du Conseil municipal qui n'ont pas été arrêtés la veille. A l'école, les enfants apprennent - avec quelle joie- à chanter la Marseillaise. Sur mon image, vous voyez des petites Alsaciennes en costume. Mais je dois vous dire que dans la partie de l'Alsace que nous occupons on ne portait plus le costume. Aujourd'hui on le met pour faire plaisir aux soldats français , mais je vous avertis qu'il est presque aussi fantaisiste qu'un costume d'aviateur.- Dans les régiments de l'Est , qui aux premiers jours sont entrés en Alsace, il y avait beaucoup d'officiers et de soldats aalsaciens. Dans chaque rue, ils retrouvaient des parents, des amis. Partout , c'est la joie, le bonheur.; les plus vieilles bouteilles, les plus respectable flacons de kirsch sont sortis de leurs cachette, pour fêter ceux que l'on attend depuis 44 ans. Bientôt de bienveillants administrateurs vinrent de France et puis - la petite provision de vins d'Alsace étant vite épuisée - ce furent de longues voitures de ce vin rouge qui pour les Alsaciens est le complément nécessaire au bonheur... Il y a là, au milieu de l'Europe en flammes, à côté de l"Alsace encore envahie, écrasée, exploitée,et martyrisée abominablement, un petit, un tout petit coin de terre,: c'est le pays le plus heureux de l'Europe.- Là-bas, dans l'autre Alsace, les arrestations,les perquisitions continuent. La soldatesque "réquisitionne" - car c'est ainsi que l'on appelle le vol en Allemagne- les dernières pommes de terre, elle fouille les maisons pour y trouver les dernières pièces de billon; les cloches des églises, les tuyaux d'orgue, les ornements du culte, les tableaux des musées sont "mis en sûreté" de l'autre côté du Rhin avec les pianos et les pendules des bourgeois... Certes , il est terrible de voir partir ainsi nos chers vieux objets, mais c'est bien encourageant tout de même. Car, voyez-vous, quand un filou, un bandit, un parvenu, qui a fait fortune par le bluff, le vol et l'assassinat, met en sûreté le fruit de ses rapines chez les receleurs de son pays, - c'est que la faillite, la débâcle est proche, très proche. Ce sera la faillite de 40 années de violences, de cruauté, ce sera la fin du martyre; et alors nous verrons dans toute l'Alsace, des enfants aussi heureux que ceux de mon image, et, là-bas, du côté de Strasbourg, les poilus glorieux seront reçus par de petites Alsaciennes en vrai costume.

[ retour page précedente ]

L' Illustration -3 Juillet 1915 -: En l'honneur de la visite de l'artiste alsacien devenu officier français,les orphelins de Thann, évacués dans un village des Vosges, ont dansé une ronde alsacienne et lui ont offert des bouquets.

 

[ retour page précedente ]